ZOOM sur l’intercommunalité en Guadeloupe…

ZOOM sur l’intercommunalité en Guadeloupe…
Intercommunalité, ce mot qui revient de plus en plus dans la sphère politique, désigne les différentes formes de coopération existantes entre les communes.

Ces regroupements se font au sein d’Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI), ou deux objectifs sont poursuivis :

–          La gestion commune de certains services publics (transport urbain, ramassage des ordures ménagères), avec le souci de répartir les coûts et par la même, de réaliser des  économies ; c’est une intercommunalité de gestion, associative.

–          La conduite collective de projets de développement local ; c’est une intercommunalité de projet, fédérative.

franceLa France compte 36 700 communes. L’intercommunalité est alors un instrument de l’organisation des territoires, en rassemblant les moyens dispersés.

Cette intercommunalité, en rassemblant les moyens, favorise le développement économique local et relance la politique du territoire, notamment en matière d’aménagement du territoire, qu’il s’agisse des problèmes liés au développement local urbain ou à la dévitalisation des espaces ruraux.

Elle est également une réponse aux problèmes de gestion que rencontrent de nombreuses communes.

Qu’est-ce qui les différencie ?

La communauté de communes (loi du 6/02/1992) : elle associe des communes au sein d’un seul espace de solidarité en vue d’élaborer un projet commun de développement et d’aménagement de l’espace.

La communauté exerce aux lieux et place des communes, les compétences obligatoires et optionnelles que les communes lui transfèrent.

Pour ce qui est de la communauté d’agglomération (loi du 12/07/1999),  elle regroupe plusieurs communes qui doivent former un ensemble de plus de 50 000 habitants.

Parmi ces compétences obligatoires on retrouve le développement économique, l’équilibre social de l’habitat, la politique de la ville.

guada

 

En Guadeloupe, il y a 4 communautés d’agglomération et 2 communautés de communes.

 

 

Il s’agit pour les premières de :

–          La communauté d’agglomération « CAP Excellence » (Pointe-à-Pitre, Abymes, Baie-Mahault) ;capex

 

–          La communauté d’agglomération du Nord Basse-Terre (Pointe-Noire, Deshaies, Sainte-Rose, Lamentin, Petit-Bourg et Goyave) ;canbt

 

 

 

 –          La communauté d’agglomération du sud Basse-Terre (Bouillante, Vieux-Habitants, Baillif, Basse-Terre, Saint-Claude, Vieux-Fort, Gourbeyre, Trois-Rivières, Capesterre Belle-Eau, Terre de Haut et Terre de Bas) ;

–          La communauté d’agglomération du Nord grande-Terre (Anse-Bertrand, Port-Louis, Petit-Canal, Morne-à l’eau, Moule).

 

Les communautés de communes sont deux :

–          La communauté de communes de Marie-Galante (Capesterre, Saint-Louis, Grand-Bourg) ;ccmg

 

 

–          La communauté de communes du Sud-est Grande-Terre (Gosier, Sainte-Anne, Saint-François,Désirade)

L’intercommunalité et travail social

L’intercommunalité n’a aucune incidence directe sur les travailleurs sociaux, sauf que les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) peuvent être éventuellement transformés en Centres Intercommunaux d’Action Sociale (CIAS) ; ainsi la compétence en matière d’action sociale et son schéma d’orientation seraient celle exclusive de l’intercommunalité.

A noter : l’intercommunalité relève de la dimension de la politique de décentralisation (réforme de l’Etat) et n’entretient pas de lien direct avec les politiques sociales.

Koezyon-glob.

Donnez-nous votre avis sur ce sujet…




2 Commentaires to “ZOOM sur l’intercommunalité en Guadeloupe…”

  1. Faisons confiance aux nouveaux hommes politiques pour travailler ensemble. Pour ce qui est des dinosaures, les anciens ne rêvons pas

  2. tout ça c’est bien beau, mais c’est pour…..la Guadeloupe???…les élus pourront s’entendre et travailler ensemble???…loool!!!!…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*