« Une absolue nécessité de se souvenir pour construire demain »…ASS.97

« Une absolue nécessité de se souvenir pour construire demain »…ASS.97
En cette période commémorative, les manifestations sont nombreuses pour nous rappeler ce pan douloureux de notre histoire : l’esclavage et son abolition le 27 mai 1848, voila déjà 166 ans.

Comme tout bon guadeloupéen, je me suis rendue à plusieurs manifestations dont celle des Abymes, lundi 26 mai 2014.

La foule y était nombreuse. Cependant, je n’ai point ressenti l’ambiance de recueillement nécessaire pour nous rappeler cet évènement. A telle enseigne que l’on a dû réclamer maintes fois le silence aux groupes à peau, qui devait à un point défini, continuer la marche en silence….. le silence fut difficile à obtenir.

En tant que guadeloupéenne, tout à fait convaincu du bien fondé de ce devoir d’histoire de commémorer ces évènements, je me pose la question de savoir comment il est perçu? Pas par ceux qui se sont informés, qui travaillent dessus, qui écrivent sur ce sujet, pour ceux la, il n’y a pas de problème. Je me pose la question sur les autres, les guadeloupéens comme vous et moi ? S’agit-il pour eux d’un jour de congé supplémentaire, d’une manifestation de plus?

L’enjeu c’est de faire comprendre à tous cette histoire et leur permettre de se l’approprier, qu’ils en gardent toute la symbolique. La Guadeloupe est dans une démarche d’appropriation de son histoire. Il faut qu’il soit donné à tous de tirer des leçons pour nous.

Questionnement :

– Que retenir de ces hommes et femmes qui, dans des situations inhumaines ont réussi à garder espoir?

– Que dire de ces ancêtres qui ont su, quelque part s’unir et porter un projet, se libérer du joug de l’oppresseur?

– Que peut-nous rapporter ces évènements de notre histoire?

Quelque soit l’époque, une société à toujours des choix à faire pour son devenir, la direction qu’elle souhaite prendre.

Après 2009, le mot crise sociétale a été largement répété, avec la nécessité d’un projet de société, car tous nous avons constaté ces errements que sont les nôtres.

Où en sommes-nous?

L’exemple de ces hommes et femmes nous démontrent que nous devons arrêter un vrai projet pour la Guadeloupe, avec des  valeurs que nous voulons défendre, avec des objectifs clairs et définis en matière économique, politique. Quels sont-ils?

Une autre leçon est que tout choix implique des sacrifices en termes d’idéal personnel, en termes de mode de vie également.

Parons-nous de la même dignité, de la même détermination que nos ancêtres pour faire de la Guadeloupe, un lieu de vie paisible, dynamique ? N’ayons pas peur de prendre en main notre avenir, de le penser pour que nous ayons la société que nous voulons et non celle que l’on nous impose.

ASS.97




1 Commentaire to “« Une absolue nécessité de se souvenir pour construire demain »…ASS.97”

  1. Au risque de choquer, je suis de ceux qui pensent que pour beaucoup c’est un jour de congé supplémentaire. Car après ces commémorations que reste t-il? y a t-il une réflexion sur le devenir de la Guadeloupe?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*