Rencontre partenariale à l’école de puériculture de la Guadeloupe…

Rencontre partenariale à l’école de puériculture de la Guadeloupe…
L’école de puériculture existe depuis 2004. Située aux Abymes, elle prépare chaque année une promotion de puériculteurs et une promotion d’auxiliaires de puériculture à leur diplôme respectif. Cette année les étudiants puériculteurs sont 25, tandis que les auxiliaires sont une quinzaine. Le travail en partenariat est une nouvelle donne mis en avant dans les instituts de formation, dont la leur. Il a pour objectif de travailler ensemble à un unnamed (9)projet commun, en utilisant les compétences de chacun. Ce partenariat s’est matérialisé ce jeudi, pour porter aux élèves auxiliaires de puériculture et puériculteurs des informations sur le puériculteur de PMI (Protection Maternelle et Infantile) du service du Conseil Général. Il s’agissait surtout de leur montrer comment ce travail en équipe est effectif entre les métiers qu’ils préparent et certains professionnels.

Le centre de formation s’est entouré pour cela de professionnels divers :

– Mme FANOR, éducatrice du jeune enfant

– Mme BIRHUS, puéricultrice

– Mme CADET, conseillère en économie sociale et familiale, responsable TISF

– Mmes COZEMA et MERION, assistantes de service social.

Toutes ces professionnelles travaillent au sein du Conseil Général, hormis Mme CADET, qui exerce au sein d’une structure privé « Vi an nou ».

Chaque professionnel a présenté son métier et s’est soumis de bon gré au jeu des questions-réponses des étudiants. L’ouverture s’est faite avec l’éducatrice de jeune enfant.

L’éducatrice de jeune enfant (EJE)

unnamed (8)En PMI, elle crée de l’animation dans la salle d’attente, lors des consultations. Mais sous cet aspect ludique, elle fait un travail d’observation du développement psychomoteur de l’enfant, de sa relation avec ses parents et les autres enfants. Les éléments recueillis et transmis à la puéricultrice permettront à cette dernière de mieux orienter ces conseils aux parents. Elle propose également aux parents des activités pour stimuler les enfants. Dans un tout autre domaine, elle prend part aux visites médiatisées des enfants placés, avec l’assistante de service social ou la psychologue.

La sage-femme

La sage femme étant excusée, un point a été fait sur ces missions, suivi prénatal, préparation à l’accouchement, etc. Il a été aussi question du travail en partenariat avec la puéricultrice dans l’accompagnement des familles.

La puéricultrice

Sans doute la plus attendue, Mme BIRHUS a présenté le cadre de ses interventions. Son lieu de travail est le Centre Local d’Actions Sanitaires et Sociales (CLASS). Le nombre de unnamed (12)puériculteurs varie en fonction du nombre d’habitants (1 à 3 en moyenne par CLASS).

En PMI, elles ont un rôle surtout préventif auprès des enfants de 0 à 6 ans. Les missions sont définies par le Code de la santé publique, et touchent des volets divers :

– organise, planifie et participe aux consultations médicales

– fait l’évaluation pour l’agrément des assistantes maternelles

– prend part aux réunions de synthèse et d’information

– traite les informations préoccupantes.

Mme BIRHUS a tenu à parler du profil de la puéricultrice. Il faut, selon elle, être organisée, avoir le sens du travail en équipe, aimer les personnes, savoir écouter, être neutre, savoir accueillir, avoir une connaissance générale sur l’enfant. Et pour elle de souligner, que plus que tout, « le savoir être est un des aspects le plus important pour être un bon professionnel ». Elle a rappelé comment, en lien avec l’assistante de service social, elle évalue les informations préoccupantes, tandis qu’avec les EJE, il y a un véritable travail d’accompagnement pour unnamed (11)chaque enfant en fonction des difficultés signalées ou repérées .En fait, elle travaille toujours en équipe.

L’assistante de service social

Les deux assistantes de service social présentes ont d’abord précisé que le Conseil Général, depuis la décentralisation, est en charge de l’action sociale au niveau du Département. Pour cela différentes directions sont en charge de l’aide sociale :

– la Direction de l’enfance, de la famille et de la jeunesse (DEFJ)

– La Direction de l’insertion et de la cohésion sociale (DICS)

– la Direction de l’autonomie

– le Service Social Départemental (SSD). Ce n’est pas une direction et il est rattaché directement à la Direction générale des services.

Le SSD, service de proximité, regroupe en son sein des travailleurs sociaux, assistantes de service social et conseillères en économie sociale et familiale, qui remplissent des missions diverses :

– missions d’insertion par le logement, l’emploi

– missions d’accompagnement des personnes âgées et en situation de handicap

– missions de protection de l’enfance.

C’st surtout dans le domaine de la protection de l’enfance que le travail est fait en lien avec la puéricultrice. Dans un premier temps, dans le cas des informations préoccupantes; mais aussi lors de difficultés sociales des familles suivies en PMI, la puéricultrice fait la liaison avec le travailleur social. Bien qu’intervenant sur des services différents, il existe toujours cet échange, ce partenariat nécessaire à une meilleure prise en charge des familles.

La TISF

La dernière intervenante, responsable des techniciens de l’intervention sociale et familiale, a souligné que le travail effectué avec les familles ne l’était que suite à la saisine par la puéricultrice ou l’assistant de service social. Ce professionnel n’est pas toujours bien accepté par la famille, car il est « les yeux » de celui qui l’a mandaté. Son travail de proximité en fait un élément indispensable dans certaines situations.

Un échange fort animé avec les étudiants a mis un terme à une rencontre, fait dans une ambiance très conviviale, entre professionnels épanouis et heureux de faire un travail qui leur plait.

koezyon-glob.fr

Partagez si vous aimez…




2 Commentaires to “Rencontre partenariale à l’école de puériculture de la Guadeloupe…”

  1. C’set intéressant dans un secteur difficile, il faut le dire, de travailler avec des professionnels motivés et désireux de transmettre leurs expériences.

  2. Puèr mi bel biten mi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*