RAGA : Rencontre des Acteurs Guadeloupéens en Addictologie à la salle Georges TARER

RAGA : Rencontre des Acteurs Guadeloupéens en Addictologie à la salle Georges TARER
Ce jeudi 23, sous la houlette de l’ IREPS (Institut Régional d’Education et de Promotion de la Santé), et des différents acteurs oeuvrant avec les populations concernées par l’addictologie s’est tenue une rencontre.

2La RAGA est organisée tous les deux ans, permettant aux professionnels d’échanger les informations, de partager leurs expériences, tout cela pour mieux accompagner un nombre croissant de personnes touchées par des addictions.

Outre les associations telles que le COREDAF, le CSAPA, Guadeloupe Addiction pour citer les plus connues, d’autres professionnels travaillant dans les institutions et associations ont tenu eux aussi à participer à ces riches échanges.

Différents thèmes ont été abordés :

– les jeunes femmes enceintes addictées,

– les jeunes désocialisés, violents et addictés vivant au domicile des parents.

L’après midi a été l’occasion de présenter les différents outils d’accompagnements.3

Le projecteur a été porté surtout sur le PROXIBUS. Il s’agit d’un outil de prévention, de proximité qui permet de réduire les inégalités géographiques, pour les personnes habitant les zones faiblement desservies par les transports. Créé dans le cadre du premier plan gouvernemental contre les drogues et les addictions (2013-2017) l’éducateur et le psychologue qui sont présents s’attachent à informer et conseiller surtout les jeunes entre 11 et 25 ans, dans un souci de prévention en premier lieu.

Après quelques échanges sur cet outil, il a fallu mettre fin à cette journée.

Le temps imparti a semblé court tant il y a à dire sur ce sujet prégnant touchant notre société.




5 Commentaires to “RAGA : Rencontre des Acteurs Guadeloupéens en Addictologie à la salle Georges TARER”

  1. Sans être une spécialiste de la question, je pense que l’addiction est liée à un déséquilibre, un manque à combler. Or dans notre Guadeloupe actuelle il y a beaucoup à combler pour certains : le manque de structuration et le manque de valeurs transmises dans l’éducation, l’absence de perspectives en terme d’insertion professionnelle, l’absence de parents plus préoccupés par leur réussite matérielle que par leurs enfants. Bref c’est un large débat

  2. Ce séminaire fait partie des nombreuses actions menées afin d’enrayer le phénomène de l’addictions, mais on a l’impression de ne pas voir le bout du tunnel

    • On peut être addict de pleins de choz…on fait comme si sé que lé jeunes qui son addict. certains son addict de ne pas faire davantage bouger les choz et de se contenter de gagner leur sou

    • radikal systa // juin 24, 2016 á 11:06 // Répondre

      chaq moun ni adiksyon a yo é fo rèspèkté sa…on sèl vi ki ni…sé jèn-la sé la fimé-la mè sé gwan moun-la sé ronm sé lajan sé sòsyé sé sex tou sa ki pa bon. arété fè déba asi la jénès é gadé pou baléyé douvan pòt a zòt. kon yo ka di lèkzanp viens dan wo

      • fredéducspé // juin 24, 2016 á 2:33 // Répondre

        Naturellement il est vrai que l’on tape toujours sur les jeunes, de nombreux parents et adultes dans cette société ne sont pas des exemples. Souvent dans la pratique du métier on se rend compte que c’est le parent qui pose problème mais notre intervention est d’abord orientée vers le jeune. La conséquence donne ce que l’on voit aujourd’hui. Des jeunes qui sont à l’image des adultes, à l’image de la société.
        Prenons l’exemple du Royaume-Uni. On a découvert ce matin que la population anglaise a plus de 50 % a opté pour une sortie nette et définitive de la zone euro. Les vraies raisons ne sont pas forcément ce qu’on nous dit dans les médias. Déjà bravo car ce sont des gens dans le majorité qui sont courageux et responsables de décider de leur avenir. Les Guadeloupéens devraient en prendre de la graine. Mais il est vrai qu’il s’agit d’un peuple conquérant à la différence qu’ils n’ont pas peur de travailler pour développer leur pays et de repartir de zéro. Les Anglais en ont sans doute eu assez de toute cette politique d’hypocrisie européenne qui conduit inéluctablement vers la faillite des Etats et la Peur en alimentant constamment le conflit avec Daesch. Cette monnaie l’Euro qui ne signifie rien du tout…c du vent. Les jeunes Anglais ne peuvent être que fiers de ces décisions courageuses car à l’avenir ils remercieront leur aînés d’avoir montré l’exemple et d’avoir eu du courage politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*