La réforme santé 2015 : une perte considérable en perspective pour les infirmiers libéraux

La réforme santé 2015 : une perte considérable en perspective pour les infirmiers libéraux
Le mardi 12 mai 2015 a eu lieu une mobilisation en France des infirmiers libéraux, très en colère pour l’avenir de leur profession. Ceux-ci n’ont pas hésité à mettre en place une opération escargot pour se faire entendre, notamment en Guadeloupe. Une action à laquelle n’a pas participé le SNIIL, le premier syndicat infirmier libéral de France. A l’origine de leur mobilisation, la loi de modernisation du système de santé.

En surface, ce que déplore le syndicat minoritaire de la fédération nationale des infirmiers (FNI), c’est la disparition programmée de leur exercice sous le statut libéral (notamment la suppression de l’Ordre Infirmier). Pourtant c’est bien de l’ensemble de l’exercice libéral des professionnels de santé en général dont il est question. L’objectif pour l’Etat à terme, est de regrouper l’ensemble de ces professionnels de santé libéraux, sous la direction d’un médecin encadrant (l’Ordre des Médecins), devenant de fait des salariés, le tout orchestré par les ARS, donc l’Etat. Il s’agit ici pour l’Etat de penser rentabilité budgétaire, de faire des économies au niveau de l’assurance maladie et de la Sécurité Sociale, au détriment, comme certains pourraient déjà le regretter, du bien-être du patient.

Les infirmiers ont bien raison d’être en colère, car en toile de fond, ce que dénonce ces professionnels c’est la disparition de leur autonomie professionnelle d’une part, et surtout du changement de leur niveau de vie qu’il est aujourd’hui question de sauvegarder, d’autre part.

Un train de vie qui étonne plus d’un et provoque de plus en plus de tort à ces professionnels eux-mêmes. Ces temps ci, les autorités judiciaires en Guadeloupe précisément ont été alertées par de fréquents braquages de voitures dont font l’objet les infirmières libérales (source policière). Les délinquants sont donc très attirés par les gros cylindrés dans lesquels les infirmières libérales effectuent leurs humbles tournées. Ces malfrats opportunistes ont très bien compris le calcul mathématique qui existe derrière tout ça.

Pour prendre un simple exemple : si on considère qu’un soignant, dans le cadre de l’hospitalisation à domicile, et qui a seulement 3 patients par jour, qu’il assure ses prises en charge médicales (piqure, pansements, prise de médicaments, surveillance de tension artérielle, diabétique, etc.), avec en complément la toilette du patient à faire deux fois par jour (matin et soir), pour un forfait unitaire d’environ 40 euros par visites réalisées, accomplies pendant 7 jours d’affilée : l’addition avoisine bien les 6720,00 euros minimum de chiffre d’affaire par mois par soignant. Cet exemple démontre clairement l’intérêt pour l’Etat de rétablir les inégalités économiques qui sembleraient exister au sein même du secteur professionnel de la santé.

Ainsi, la nouvelle loi santé, dite d’innovation, en voulant placer sous tutelle toutes les infirmières libérales, vient remettre d’une certaine manière le médecin au centre du dispositif de la santé en France.

Derrière cette prise de position inattendue du gouvernement français de faire adopter l’abrogation de l’ordre des infirmiers, il est fort logique de comprendre par extension que le combat mené par les assistants socio-éducatifs (ASS, ES, CESF, EJE, ETS) pour la reconnaissance du diplôme au grade Master semble être déjà perdu d’avance, malgré l’attribution de 180 crédits ou ECTS (bac+3), nettement sous-évalués, par la France, le 14 septembre 2011.

Indépendant




7 Commentaires to “La réforme santé 2015 : une perte considérable en perspective pour les infirmiers libéraux”

  1. Bien sur qu il faut retablir l egalite! Mais ou est cette egalite lorsqye que nous infirmiers devrions etre payes 1500 euros alors que nous commencons a 6h du matin et finissons a plus de 20h avec seulement une pose de 1h pour manger!!!??? Les medecins n ont font pas autant pour beaucoup et se decharge de beaucoup de travail sur nous idel. Donc il serait bien de connaitre les conditions de travail avant de juger

  2. Les politiques publiques de santé sont en pleine restructuration.L’état veut de plus en plus se désengager car les moyens financiers diminuent.Tous les moyens seront bons pour faire des économies, et même si c’est au détriment du malade. Mais soyons positifs et disons nous que le malade reste au cœur des changements prévus pour qu’il soit mieux soigné.

  3. le problèmes des infirmiers libéraux et de leurs revenus se posera tôt ou tard. L’assurance est en déficit et c’est un domaine qui leur revient très cher. Ils ne couperont pas à une restructuration de leur cadre de métier.

    • des infirmières lib qui gagnent autant d’argent que les médecins sinon plus, entre 3 ans d’études et 10 ans…à quoi bon être docteur alors…? c’est du n’importe quoi

      • PASCAL Mickaella // octobre 14, 2015 á 9:35 // Répondre

        C’est du grand n importe quoi- Certains mécanos, agriculteurs, charpentiers, menuisiers gagnent plus que des médecins.. Notamment s’ils sont tous chefs d’entreprises. de même certains avocats ont des chiffres d’affaire moindre. Posez vous les bonnes questions car votre raisonnement est trop simpliste

        • C’est vous qui le dites chère dame. Je viens de prendre lecture de votre commentaire. Nous sommes tous libres dans ce pays de droits. Le droit d’analyser, de comprendre les enjeux de votre démarche. Les vraies questions ont été clairement posées même si cela ne vous plait pas. La politique de l’autruche de ne pas voir qui creuse autant le trou de la sécu et étrangle le contribuable. Le corps médical doit être réformée de la manière la plus juste et équitable que possible. Bien à vous madame.

          • Je suis infirmière et quand je lis l’article et certains commentaires je rigole! C’est un peu comme les politiciens qui veulent tout réformer et refont l’histoire sans même connaître les sujets à fond qu’ils réforment. 3 patients par jour pour plus de 6000eur par mois ?! C’est dans un épisode de plus belle la vie que vous avez vu ça ?? MDRRRRR Avant de parler, prenez soin d’étudier réellement le sujet sur le quel vous allez laisser des commentaires, prenez acte de la nomenclature infirmière (cotations,mci, ifd, mau etc) il y’a deux ans la sécurité sociale a réévalué les prises de sang à domicile à 8,58eur brut car ils trouvaient inadmissible qu’un infirmier se déplace pour moins chère qu’une femme de ménage! Connaissez vous aussi la dégressivité des soins ?? : 2ème soin 50% 3ème soin gratuit quelque soit le temps passé chez le patient! connaissez vous aussi les maisons médicales, pluridisciplinaires, les HAD aussi qui prennent le boulot des infirmiers libéraux même si officiellement ils sont censé ne pas nous faire de concurrence! D’ailleurs j’au une patiente qui est patiente d’un HAD , je fais les soins, et une auxiliaire de vie indépendante vient faire la toilette, le HAD prend tout de même 5000eur par mois , pour ne rien faire!! juste de la coordination par téléphone, et ça c’est sponsorisé par l’ARS qui ferme les yeux! sur ces 5000eur, ils me donnent 400eur brut pour les soins, soit 4600eur dans leur poche payé 100% par la sécurité sociale, et ça c’est honteux car ils ne déplacent même pas leurs fesses chez ce patient !!!!!!!! Pour finir pour passer du brut au net en libéral, c’est pas 20% qu’il faut retirer mais 50 à 60% ! Vous cotisez pour la caf même si vous n’y avez pas le droit, vous cotisez pour le chômage idem vous n’y avez pas le droit , vous cotisez pour tout le monde sauf vous et ça pour 250heures par mois ! C’est sans compter les patients qui n’ont pas de mutuelle, pas leur papiers sécue à jour et sans compter ceux qu’ils vous payent avec des oeufs parce qu’ils n’ont pas d’argent! Donc être infirmier libéral aujourd’hui c’est devenu difficile, et sachez que les indemnités de déplacement à domicile c’est 2,50eur le passage, je connais peu de personne qui se déplace pour ce prix là !

Répondre à jack-line Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*