La première plénière du Conseil Départemental, mercredi 29 avril 2015 : « Nous avons le devoir de ne pas décevoir nos compatriotes…Les jours meilleurs peuvent venir les jours prochains… »

La première plénière du Conseil Départemental, mercredi 29 avril 2015 : « Nous avons le devoir de ne pas décevoir nos compatriotes…Les jours meilleurs peuvent venir les jours prochains… »
En présence du Président de Région, la Présidente de la collectivité départementale, Mme BOREL-LINCERTIN entend affirmer une coopération forte entre les deux collectivités pour régler les problèmes quotidiens des guadeloupéens. Pour elle, le fait que les deux chefs de file soient du même bord politique, devrait être une force afin de faire avancer les dossiers sereinement.

darseLes principaux axes défendus de cette collaboration en cette première plénière départementale, par la Présidente, seront bien évidemment l’eau, les déchets, le haut débit et l’insertion des jeunes. Ils sont d’ailleurs inscrits au sein d’une charte de partenariat qui lie financièrement entre eux le Conseil Départemental et la Région.

Pourtant actuellement, le plus gros souci pour les organisateurs du Mémorial’Acte, c’est bien le problème de la présence envahissante de sargasses sur tout le littoral de nos îles et particulièrement à la Darse du centre ville de Pointe à Pitre. Cette question a d’ailleurs été rajoutée à l’ordre du jour.

« Il faut en finir avec ces tours d’eau dès la fin de l’année 2015… »

La problématique de l’eau, depuis quelques années, constitue un gros dossier local à gérer. L’engagement de Mme BOREL est solennel. Elle « entend engager juridiquement notre collectivité », notamment par la création d’une commission spécifique de l’eau (et non plus ad hoc comme sous l’ère de Gillot). La présidenteDSC_0006 assure tout mettre en œuvre afin que cette gestion de l’eau soit la plus efficiente que possible, et ce, à travers le SIAEAG. Des réalisations d’usines de production d’eau potable sont donc prévues au Moule et à Prise d’eau au Lamentin.

Pour les déchets, « pivot des actions de notre mandature », selon la Présidente, à travers le SIVADE, elle espère un règlement rapide de ce dossier, particulièrement en accroissant le nombre de déchetteries sur tout le territoire.

Le Haut débit doit être répandu dans toutes les communes, tel est le souhait des responsables des deux collectivités majeures. L’objectif affiché, semble t-il, est que l’égalité des chances ne soit pas un vain mot.

« Nous avons le devoir de ne pas décevoir nos compatriotes… »

L’insertion des jeunes, « le cœur de la mission du département », selon le chef de file, doit être mis en lien avec la formation professionnelle, qui est la compétence de la Région. Il s’agit donc, toujours selon les propos de DSC_0008la présidente de la collectivité départementale « que nos jeunes puissent avoir de l’espoir » et ce en répondant aux projets portés par ces jeunes eux-mêmes, et pas en leur proposant uniquement de couper des herbes.

D’autres compétences départementales ont été hâtivement évoquées, telles que l’agriculture et la pêche « qu’il conviendra de redynamiser », selon Mme BOREL-LINCERTIN.

De plus, l’allusion de l’élaboration d’un véritable schéma pour les personnes âgées et les personnes en situation de handicap a été faite. Il s’agira alors, lors de cette prochaine mandature, de promouvoir davantage l’accueil familial, que l’entrée systématique de nos aînés en EHPAD, car trop coûteux. Le maintien à domicile de qualité doit être privilégié, le dispositif MONA LISA amplifié, afin de rompre le sentiment d’isolement des personnes âgées. Tel est le vœu de la Présidente.

Le transport a également été évoqué, il représente parallèlement, dans notre département, une autre problématique de poids. Mme BOREL propose à cet effet d’ « aider à une mise en place performante du transport…confié à un service unique…à inventer ». fin de citation.

Malgré la coopération entre la Région et le Département, vu le nombre important de tâches à réaliser, la Présidente a d’ores et déjà annoncé que le Département fera un emprunt de l’ordre de 80 à 100 millions d’€ pour atteindre les objectifs fixés.

Les principales commissions :

– Habitat-logement social : M. GALANTINE

– Enfance et famille : Mme GIOUGOU-FIRPION

– Personnes âgées / personnes en situation de handicap : Mme LERUS

– L’eau : M. SIGISCAR

– Transport : M. RAMDINI

– Culture / patrimoine : Mme RODES

– Agriculture et pêche : M. MORNAL

– Insertion / lutte contre les exclusions : M. CALIFER

Par la suite, un long débat a été accordé aux 50 pas géométriques, notamment les habitations qui se retrouvent dans les zones dites à risques, les zones rouges du PPR (Plans de Prévention des Risques Naturels). Selonmoulos l’agence des 50 pas, les propriétaires qui ont construits après 1995, en principe, ne peuvent faire l’objet de régularisation. De nombreuses habitations récentes qui ont été construites après cette date (exemple : voir photo ci-dessus du lieu dit Sainte-Marguerite au Moule) ne pourraient donc être régularisées, selon la directrice de l’agence.

La première plénière du conseil départemental s’est déroulée au sein d’une atmosphère bon enfant, telle est d’ailleurs la volonté de la Présidente qui a rappelé que les élections sont finies et que le travail doit commencer. Pourtant dans les faits, on peut retenir la surprise des membres de l’opposition, lors de l’annonce de la constitution des commissions permanentes.

Koezyon-glob.fr




2 Commentaires to “La première plénière du Conseil Départemental, mercredi 29 avril 2015 : « Nous avons le devoir de ne pas décevoir nos compatriotes…Les jours meilleurs peuvent venir les jours prochains… »”

  1. stone ex nihilo // avril 30, 2015 á 12:45 // Répondre

    ça fait tout drôle de voir Gillot comme un simple membre et faire ses humbles propositions à la nouvelle présidente. Je pense que l’union Borel-Lurel est fragile, car on ressent une légère volonté de la présidente de naviguer à sa manière. Peut-être aussi qu’elle a un vrai programme pour la Guadeloupe, mais en obéissant sagement le bateau coulera. L’autonomie globale de la Guadeloupe passera par une vraie émancipation de ces élus. Il faudra aussi qu’on les arrache à la mamelle jacobine.

    • Gilbert Galante // avril 30, 2015 á 3:10 // Répondre

      je suis dacor avec stone quand il dit qu’il fau une autonomie en Guadeloupe. hier dans la radio j’écoute baptiste a saint anne qui dit que pour les sargases il faut appeler l’état. la Martinique retire ça avec des filets comme il peut. fau que on se débrouy nous aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*