La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la République du 8 juillet 2013 : la réforme des collèges en perspective…

La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la République du 8 juillet 2013 : la réforme des collèges en perspective…
En France, 140 000 jeunes environ sortent du système scolaire sans diplôme chaque année. 620 000 de 18 à 24 ans se trouvent sans qualification (Source : rapport du diagnostic de l’évaluation partenariale de la politique de lutte contre le décrochage – 18 juin 2014). La réforme scolaire voulue par la nouvelle classe politique intervient après un contexte social fortement dégradé qui voit de nombreux jeunes se retrouver en situation d’exclusion dans notre société. Parmi certaines causes, on peut relever une disparité voire un écart important de la politique éducative en France et le changement de société dont la jeunesse est confrontée. Par conséquent, la loi pour la refondation de l’école vise à apporter de la justice sociale afin de réduire les inégalités. Pour ce faire, elle pose un certain nombre de mesures permettant de lutter contre la reproduction des inégalités sociales, contre le décrochage scolaire afin de préserver la cohésion sociale (Ambition affichée par l’Union Européenne dans le cadre de la « Stratégie Europe 2020 » adoptée le 17 juin 2010, mis en œuvre au sein des cadres nationaux). La réforme a pour ambition d’une part d’instaurer une pédagogie nouvelle en direction des élèves et des enseignants, et d’autre part une efficiente insertion sociale et professionnelle des élèves pour la réussite de tous.

1°) Une pédagogie nouvelle en direction des enseignants et des élèves

Pour ce faire, elle s’engage sur :
– une qualité des enseignements. Elle tend à apporter davantage de moyens, de postes et d’encadrement au sein de l’école. Elle pose le principe « plus de maîtres que de classes ». De nouveaux socles communs de connaissances, d’apprentissage, de compétences, de culture (renforcement du dispositif RASED (réseaux d’aide spécialisés aux élèves en difficulté). Mis en place en 1990, il s’oriente davantage vers les enfants en difficulté au sein des écoles maternelles et élémentaires), de nouveaux programmes scolaires (maternelle, élémentaire, collège). Elle accentue l’enseignement moral et civique. Elle s’appuie sur des valeurs communes telles que la dignité, la liberté, l’égalité, la solidarité, la laïcité (la Charte de la laïcité comprend 15 principes constituant les valeurs de la République), l’égalité hommes/femmes entre autres. Ainsi, la loi pose le principe de l’alternance des futurs professeurs entre la formation et les cours.
– une culture commune des élèves.
– la formation tout au long de la vie (FTLV). Grâce à la collaboration des ESPE.
– la réforme de l’éducation prioritaire. La mise en place de Rep + qui vise à maintenir l’équité vis-à-vis des territoires en difficulté.
– évaluation des acquis des élèves (faisant suite à la Conférence nationale de juin 2014 qui permet la mise en place et l’entrée en vigueur progressives des nouveaux socles communs de connaissances de compétences et de culture, mais également les programmes d’enseignement moral et civique, qui devront concerner principalement l’école maternelle, l’école élémentaire et le collège). Il s’agit pour la réforme d’éviter la notation-sanction. Plutôt de valoriser les progrès et de mesurer le degré d’acquisition des connaissances.
– la formation continue des personnels effectuée par l’ESPE (école supérieure du professorat et de l’éducation). L’objectif étant de développer de nouvelles compétences (exemple du numérique grâce à l’outil M@gistère)), ainsi que des pratiques pédagogiques et éducatives adaptées aux besoins des élèves.
– Le numérique : « la classe connectée ». Face aux changements et à l’évolution de la société, l’école tend à s’adapter.
– Structurer un parcours d’éducation artistique et culturelle. L’application FOLIOS favorise une démarche réflexive de l’élève, des enseignants et des familles.

2°) Vers une insertion sociale et professionnelle des élèves pour la réussite de tous

Les points clés :
– L’intégration du jeune (de l’élève) dans le monde professionnel par l’apprentissage, et ce dès la 5ème (abordé lors de la 3ème grande Conférence sociale pour l’emploi tenue les 7 et 8 juillet 2014) . L’objectif à terme est de préparer tous les élèves à l’accès à la qualification et à l’emploi et vise également à lutter contre les discriminations.
 Pour les élèves : les EPLE (établissements publics locaux d’enseignement)
 Pour les apprentis : les CFA (centres de formation d’apprentis)
 Pour les stagiaires : les UFA (unités de formation par apprentissage)
– la mise en place du SPRO (service public régional de l’orientation, mis en place par la loi relative à la formation professionnelle, l’emploi et la démocratie sociale du 5 mars 2014) : un travail en partenariat entre l’Etat et la Région.

– développer l’apprentissage (inscrit dans la feuille de route sociale de 2014 indiquant une mobilisation pour l’emploi des jeunes ainsi qu’un plan de relance pour l’apprentissage)                                

– la création des campus des métiers et des qualifications au niveau de l’enseignement professionnel. Priorité donnée aux bacheliers professionnels et technologiques à l’entrée en IUT et en STS

Principales mesures contre le décrochage (suite rapport du diagnostic de l’évaluation partenariale de la lutte contre le décrochage du 1 juin 2014)

– dès le 1er degré, au primaire
3 volets :
 Prévention
 Intervention : repérage ; accompagnement
 Remédiation : retour sur les erreurs (RASED)

3 grands axes :
 Travail partenarial (politique de l’emploi et de la formation professionnelle, de la ville, etc.) : EN, Mile, ER2C, etc.
 Action de prévention : évaluation des pratiques pédagogiques et éducatives ; accompagnement personnalisé
 Evaluation des actions, suivi et appui du décrocheur

Mieux accompagner les élèves en situation de handicap

Depuis la loi Handicap de 2005, on observe une augmentation constante d’enfants en situation de handicap scolarisés :
– 239160 enfants en situation de handicap scolarisés en écoles et établissements publics et privés
– 141565 en 1er degré
– 97595 en 2nd degré

Principales rénovations :
– CLIS (classes pour l’inclusion scolaire) en primaire
– ULIS (unités localisées pour l’inclusion scolaire) en collège, lycée (général, technologique ou professionnel)
… bénéficient d’un temps d’inclusion au sein de classes ordinaires (1/3 temps)
… jouissent d’unités d’enseignements favorisés au sein même des établissements scolaires au lieu d’établissements médicaux-sociaux.
Les AVS (auxiliaires de vie scolaire) remplacés par des AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap ; décret 2014-724 du 27 juin 2014)

Redéfinition de la politique éducative sociale et de santé

L’objectif étant de renforcer le lien médecins – infirmières – assistants sociaux.
Les enjeux principaux :
– promouvoir la santé et le bien-être à l’école à l’aide de programmes d’éducation à la santé, par des examens médicaux et un suivi de l’élève
– la prévention des addictions et des conduites à risque
– la transmission des valeurs éducatives notamment par le sport

Prévenir et lutter contre l’absentéisme

– contribue au décrochage scolaire

L’objectif :
– renforcer le rôle des parents dans la scolarité de l’élève
A l’aide d’un plan :
– la mise en place d’un personnel d’éducation référent
– un travail en partenariat

Sanctions éducatives dans le 2nd degré

Face aux actes et comportements contraires au règlement intérieur concernant les droits et devoirs de l’élève au sein de l’établissement scolaire, la loi prévoit une nouveauté dans le cadre de la procédure disciplinaire. Ainsi, afin de privilégier le dialogue, la sanction doit prendre avant tout un caractère éducatif. Engagé par le chef d’établissement, la mise en place du « sursis » représente un temps accordé à l’élève à la prise de conscience de la faute commise. Ce dernier a la possibilité de corriger son comportement, en option un délai de 3 jours ouvrables afin de présenter sa défense.
Une plus grande implication des parents et des élèves

L’objectif :
– favoriser la réussite scolaire au sein de l’école.
– une école accueillante / bienveillante

Les points clés :
– la coéducation / coopération entre parents et l’école : rendre effectif les droits d’information et d’expression des parents
– la mise en place d’actions d’accompagnement à la parentalité par la création d’espaces d’accueil parents
– la mise en place du CVL (conseil de la vie lycéenne) permettant ainsi la participation des lycéens à la vie de leur établissement.

La réforme des collèges

La circulaire de rentrée 2016 met l’accent sur la réforme des collèges dans la continuité avec le premier degré. Cette réforme entend donc agir en direction des leviers pédagogiques. L’objectif étant d’améliorer la réussite de tous les élèves à la maîtrise du socle commun des connaissances, de compétences et de culture.
L’apprentissage doit associer les enseignements communs, les enseignements d’accompagnement personnalisé et les enseignements interdisciplinaires (transversalité des connaissances, de compétences, notamment à l’aide de la démarche de projet).
Quatre parcours éducatifs s’inscrivent dans l’apprentissage (parcours curriculaire) des élèves :
– le parcours citoyen
– le parcours Avenir
– le parcours d’éducation artistique et culturelle
– le parcours éducatif de santé

Que de réformes qui restent maintenant à rendre applicable avec les moyens nécessaires.

Koezyon-glob.fr




1 Commentaire to “La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la République du 8 juillet 2013 : la réforme des collèges en perspective…”

  1. Très beau programme, en espérant que les moyens seront effectifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*