Incendie de la cour Dantin à Vieux-Bourg aux Abymes : où est donc la solidarité ? Citoyenne vigilante et solidaire…

Incendie de la cour Dantin à Vieux-Bourg aux Abymes : où est donc la solidarité ? Citoyenne vigilante et solidaire…
Je me rappelle avec nostalgie l’après HUGO en 1989. J’habitais une des nombreuses communes que l’Ouragan avait dévasté. Le lendemain, pour beaucoup, c’était le dénuement total, maison détruite, effets perdus, etc. Pour d’autres, la nature avait été plus clémente : le toit était là, mais quid de l’eau et de l’électricité.

Face à toute cette adversité, les secours venant de la métropole sont arrivés le plus vite qu’ils ont pu. Mais je garde à l’esprit la réaction des personnes les moins touchées : au cours de la journée, nous avons vu débarquer des personnes venant de Pointe-à-pitre, de la Basse-terre avec de l’eau, des vivres, des couvertures, tout cela dans un élan de solidarité naturel et spontané. Je suis donc étonnée qu’après le drame qui a frappé ces familles de la cour Dantin, qu’il y ait une telle inertie.

J’ose croire qu’en dehors de la solidarité familiale évoquée, la solidarité de notre peuple, qui fait partie de nos valeurs, s’est manifestée même si le public n’en a pas été informé. Cependant, celle-ci ne peut être que ponctuelle. En effet que peut-on offrir à des personnes qui n’ont pu sauver que ce qu’elles avaient sur le dos, sinon les premières urgences : quelques habits, de la nourriture. Face à des évènements d’une telle ampleur, c’est surtout la solidarité des institutions qui doit rapidement être effective pour permettre à ces personnes d’essayer de reconstruire une vie.

– Alors que penser que face à un tel drame, qu’il y ait une telle inertie?

– Comment peut-on répondre à ces personnes qu’on doit attendre l’attestation des pompiers pour que les choses se mettent en place au niveau de leur relogement?

– Que sont 80 euros, quand vous avez tout perdu?

– Ou est la solidarité de l’Etat face aux plus démunis, en l’occurrence des personnes âgées, donc fragilisées?

En tant que citoyen, ma question est celle-ci : « que font les collectivités pour venir en aide à ces familles ? » Mon questionnement est, je l’espère celle de beaucoup d’autres guadeloupéens. J’aurais aimé en tant que citoyen en savoir plus sur cette situation et voir comment les choses s’organisent pour que ces personnes ne tombent pas dans l’oubli. On sait combien il est facile de passer à autre chose. Souvenons-nous de Hugo, où les tentes provisoires ont servi de logement pendant des années à des familles. A méditer…

En guise de soutien à ces familles, je me permets, en partenariat avec koezyon-glob, de faire une action de collecte, de dons, pour ces familles. Pour toute aide, écrivez à koezyonglob@gmail.com. Soyons solidaires!!!

Citoyenne vigilante et solidaire




5 Commentaires to “Incendie de la cour Dantin à Vieux-Bourg aux Abymes : où est donc la solidarité ? Citoyenne vigilante et solidaire…”

  1. faisons en sorte que la solidarité ne soit pas un vain mot. Vente de repas, de gateaux pour rassembler des fonds. Interpeller les institutions pour accélérer les procédures. Les idées sont nombreuses, maintenant il faut concrétiser les choses.

  2. bo matin an m’pwan papié’m owa pompié an po paré di nou avè grèv’an di vin’ jédi i ké paré pétèt. ja ni on simèn déklaration an fèt nou ka atann an plis ki assistance sociale di nou. yo ban nou chak an min nou bon 80 euros an pou’m fè kouss milénis yo. nou ka atann décizion lanméri yo pou kaz nou la

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*