Débat « Ti moun, gran moun, vyé moun…parentalité » au collège de Morne à l’Eau

Débat « Ti moun, gran moun, vyé moun…parentalité » au collège de Morne à l’Eau
De plus en plus de débats et de conférences s’articulent autour du sujet de la parentalité ces temps ci dans notre département, gage qu’il existe une volonté progressive de la société civile particulièrement, à se mobiliser DSC_0054afin de remettre au centre les valeurs sociales qui prédominaient jadis. C’est sur cette vague que la fédération des parents d’élèves du collège de Morne à l’Eau a organisé ce mardi 27 janvier 2015 à 17 heures un débat avec pour thème : « Ti moun, gran moun, vyé moun…parentalité ».

Les orateurs principaux qui ont animé les échanges étaient le sociologue et éducateur de profession M. Raymond OTTO que l’on ne présente plus, et M. VALMONT gendarme de la brigade de prévention de la délinquance juvénile, chargé de rencontrer et d’informer, au sein des écoles, les élèves sur les dangers du quotidien, notamment ceux de l’alcool, de la drogue, du manque respect de soi et des autres. Mais ce sont surtout les parents, venus accompagner de leurs enfants, qui ont donné de la voix sur cette sensible question d’actualité qu’est la notion de parentalité, entendons par là l’exercice de l’autorité parentale, la fonction d’être parents.

Généralement, il faut que les deux parents soient en accord dans l’éducation et dans les décisions pour un équilibre positif de l’enfant. L’absence du père, légitimée cesDSC_0062 trente dernières années par une multitude de législations nationales favorisant la monoparentalité, laisse transparaître toutes les dérives actuelles que nous subissons dans notre société guadeloupéenne.

Tous les aspects ont été passés au crible, en passant par la place primordiale du père dans l’éducation de l’enfant, des méfaits de la télévision, d’internet, des réseaux sociaux, etc dans la communication qui devrait exister entre parents et enfants. Il a été rappelé à juste titre que l’éducation d’un enfant doit se faire avant ses 7 ans. Il a été rappelé également aux parents que la législation n’interdit pas de corriger son enfant, c’est la maltraitance qui est condamnée par la justice.

DSC_0058Par ailleurs, certains parents démissionnaires éduquent malheureusement leurs enfants à l’aide de cadeaux onéreux, le plus souvent pour avoir la paix, semble t-il. En réalité, ces enfants grandissent dans la toute puissance et sont souvent incontrôlables en grandissant, jusqu’à commettre des délits pour assouvir leurs besoins graduels.

De plus, il faut comprendre que si des vidéos pornos circulent sur les portables des enfants en classe, que c’est avant tout à cause des parents qui leurs achètent des téléphones portables sophistiqués, puis que ces mêmes jeunes se rendent en cours avec, faisant fi des consignes du règlement intérieur de l’établissement, règlement intérieur signé par les parents eux-mêmes.

Les parents ont donc une grande responsabilité vis-à-vis de leurs enfants, dans leurs comportements et dans leur fonctionnement.

Koezyon-Glob.fr




2 Commentaires to “Débat « Ti moun, gran moun, vyé moun…parentalité » au collège de Morne à l’Eau”

  1. Beau thème que la parentalité. Aujourd’hui se pose de plus en plus la question de la parentalité : comment être de bons parents? Que doit-on donner aux enfants pour qu’ils deviennent des adultes bien construits, épanouis? De quelle aide pouvons nous bénéficier de la part de nos proches, des institutions? Un vaste sujet

  2. Nous savons pour la plupart les causes de la délinquance et les préconisations pour la combattre. Alors, qu’est-ce qui bloque. Tout effort demande de la continuité dans le temps et l’intensité pour donner des résultats probants. C’est peut-être là que le bât blesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*