Bernard MARIE-JOSEPH, « … La notion de l’accompagnement, de la prise en charge, le contact avec le jeune : il y a une réflexion à mener à ce niveau… ».

Bernard MARIE-JOSEPH, « … La notion de l’accompagnement, de la prise en charge, le contact avec le jeune : il y a une réflexion à mener à ce niveau… ».
Bernard MARIE-JOSEPH est actuellement directeur du pôle F.I.E.R. (Formation Insertion Emploi Resocialisation), service de la mairie des Abymes.

La ville des Abymes s’est donnée pour mission d’insérer des jeunes dans le cadre de la rénovation urbaine[1], notamment celle des bâtiments vétustes du centre-ville.Actuellement une trentaine de jeunes est en formation dans le cadre d’un chantier d’insertion[2] en BTP. Leur motivation pour cette formation a favorisé leur sélection parmi une centaine de jeunes. L’encadrement étant assuré par l’Ecole Régionale de la 2ème Chance [3](ER2C).

Les jeunes sélectionnés ont signé un contrat d’insertion de 6 mois.

Bernard MARIE-JOSEPH pose la question suivante : « comment prendre en mains ces jeunes ? ; Quelles méthodes employer ?

… « Il est important d’évaluer leur situation au niveau de l’illettrisme[4], des connaissances générales, afin de repérer les freins à l’insertion, particulièrement la dépendance à l’alcool entre autres »…

Selon lui, … « vis-à-vis de la notion d’accompagnement[5], de la prise en charge[6], du contact avec le jeune : il y a une réflexion à mener à ce niveau.  Il s’agit d’être de vrais professionnels car le jeune n’attend pas ; il a d’autres préoccupations… ».

L’importance de l’accompagnement social[7] doit être mesurée par l’ensemble des partenaires concourant à la réussite du projet du jeune : du centre de formation jusqu’au chef des travaux.

Or quand on parle de chantier d’insertion les entreprises voient de la main-d’œuvre à moindre coût. L’insertion[8], ce n’est pas ça !!!

Le chantier doit mettre en place tous les outils pour favoriser l’insertion du jeune.

Il doit le former sur la vie en général : sa tenue, son savoir-être, le respect vis-à-vis de ses collègues par exemple, la ponctualité. A  cela s’ajoutera un  savoir-faire ! Le débat de l’insertion est essentiel à ce moment là.

A lui de poursuivre : Qu’est-ce que l’accompagnement ? Qu’est-ce qu’on attend en termes d’insertion ?                                        

On se fixe des objectifs en amont : sur l’ensemble des jeunes entrés en formation, 50% devraient bénéficier d’une formation diplômante.

Ainsi donc, 2 éléments restent importants : premièrement, une prise en charge en termes de formation assuré par l’ER2C et l’entreprise ; deuxièmement, une prise en charge en termes d’accompagnement social avec une équipe d’opérateurs, avec l’intégration logique d’un assistant de service social.

 En conséquence, lorsque l’on parle de chantier d’insertion, à mon sens, il faut penser à tout cela. De plus, c’est une des priorités de l’Europe dans ses préconisations dans le cadre de financement, notamment pour le FSE.

 F.I.E.R. : contact : 0590.21.35.54.



[1]Le Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU), instauré par la loi du 1er août 2003, définit l’amélioration des quartiers classés en Zone Urbaine Sensible (ZUS). C’est l’ANRU qui est chargée de mettre en œuvre ce programme par le biais, notamment, d’une aide financière.

[2] Les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) sont des dispositifs relevant de l’insertion par l’activité économique, conventionnés par l’Etat, qui ont pour objet l’embauche de personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières. L’ACI bénéficie de différentes aides, dont une aide spécifique à l’accompagnement.

[3]Dispositif pédagogique favorisant l’insertion professionnelle des jeunes adultes (18 à 30 ans) sans diplôme, sans qualification les plus exposés aux situations de chômage et d’exclusion. Contact : 0590.92.47.72.

[4]Ou analphabétisme : l’illettrisme, néologisme créé en 1983 par ATD-Quart monde, désigne la manifestation d’un type d’inaptitude et, d’autre part, l’état dans lequel se trouve un illettré, c’est-à-dire « une personne à qui ont été enseignées les bases de la lecture, de l’écriture et du calcul et qui, pour des raisons diverses, n’a pas acquis ou conservé ces compétences élémentaires » (UNESCO).

[5]« Accompagner », de compagnon (con-pane), c’est partager le pain. Image archétypale de l’évangile, le partage du pain suppose une communauté de destin (dictionnaire Larousse).

[6] Se charger de, s’occuper de, prendre la responsabilité de (dictionnaire Larousse).

[7]L’accompagnement dans le cadre d’une intervention sociale est aussi un processus méthodologique d’une relation contractuelle d’insertion entre un agent spécialisé et un usager d’un service ou d’un dispositif d’action sociale. Il repose sur 3 dimensions, 3 compétences, de la pratique professionnelle : la prise en compte de la situation sociale,  la compréhension de la dynamique de l’action et l’adaptation de l’action commune à un champ de possibilités stratégiques (D.C.A.S.).

[8]« Introduire dans », insertion désigne à la fois un processus et un état qui conduit un sujet à trouver une place reconnue dans un système. Elle peut prendre plusieurs figures : insertion professionnelle, insertion sociale, insertion globale… (D.C.A.S.).

Si cet article vous a paru interessant, laissez-nous vos impressions.  Donnez-nous votre avis.

Si vous avez apprécié cet article cliquez  » j’aime « 




3 Commentaires to “Bernard MARIE-JOSEPH, « … La notion de l’accompagnement, de la prise en charge, le contact avec le jeune : il y a une réflexion à mener à ce niveau… ».”

  1. Bonsoir,
    l’implication de la mairie des Abymes dans le social n’est plus à démontrer. Cependant c’est vrai que l’on propose souvent les mêmes choses : espaces verts et bâtiments. Ces jeunes n’ont-ils pas envie d’autre chose?

  2. La ville des Abymes est pionnière en matière de Travail Social en Guadeloupe, vous avez qu’à compter le nombre de Travailleurs sociaux qui y sont embauchés……félicitations à l’équipe de cette municipalité…..certaines communes devraient en prendre de la graine surtout quand on sait qu’une d’entre elles est dirigée par un Travailleur Social…..aaah!!!!quel beau spot!!!!

  3. Je ne connaissais pas du tout ce service dédié à l’insertion des jeunes.Merci pour le contact téléphonique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*