27 mai 2015 : « Eritaj, mémoires vivantes à Petit-Canal »

27 mai 2015 : « Eritaj, mémoires vivantes à Petit-Canal »
L’inauguration du Mémorial ACTe, la Marche du Musée de la Rosette au cimetière des esclaves de Sainte-Marguerite au Moule, Fo en fanmi, le relais interentreprises, autant de manifestations destinées à rappeler à 1chacun d’entre nous les nombreux évènements liés à l’histoire de la Guadeloupe. Le 27 mai, étant le plus important, date de l’abolition de l’esclavage des iles de Guadeloupe.2

La commune de Petit-Canal a voulu s’inscrire comme à l’accoutumée dans la démarche commémorative en organisant une manifestation populaire bien de chez nous intitulée : « Eritaj, mémoires vivantes à Petit-canal ».

Le lieu situant les marches des esclaves qui étaient un haut lieu de ventes d’esclaves en direction des plantations, a accueilli nombre d’exposants mettant en valeur le 3savoir-faire de nos artisans : bijoux créoles, le ti-banc décliné en forme traditionnel ou pliable, vannerie, etc. Eritaj, mémoires vivantes à Petit-canal était aussi le rendez-vous de l’histoire, avec des conférences où des intervenants ont porté leur connaissance aux participants. Parmi eux, M. Ary Broussillon, sociologue, a rappelé comment l’histoire est utile pour comprendre le présent et éclairer l’avenir. Rappelant un débat qui anime les médias depuis quelques semaines, concernant le code noir et son côté positif. Selon lui, «le code4 noir est inexcusable. On ne peut chercher ce qui le rend humain, car son essence qui est l’esclavage est mauvaise ». Selon M. Broussillon, « toute chose est bonne à dire, mais a un sens selon l’endroit où se passe les choses ». Pour lui, blancs et noirs sont issus d’une société esclavagiste. L’abolition a donc émancipé tant le noir que le blanc, car ils étaient tous deux dans l’inhumanité.

5Le débat s’est poursuivi avec d’autres intervenants, tandis que les personnes de plus en plus nombreuses pouvaient profiter des animations prévues, musique, jeux, démonstrations de danse sur le site. La foire culinaire, incontournable dans nos manifestations, donnaient l’occasion au public de savourer les délicieux mets préparés par nos cuisinières. Un grand spectacle musical, suivi d’un Léwoz ont mis un terme à cette journée commémorative où le soleil s’est montré un fidèle allié.

Koezyon-glob.fr




3 Commentaires to “27 mai 2015 : « Eritaj, mémoires vivantes à Petit-Canal »”

  1. Toutes ces manifestations….quel plaisir de voir que notre histoire prend sa place. Mais au-delà de cet aspect commémoratif, il nous faut vraiment connaitre les faits marquants de notre passé. Or ce n’est pas toujours le cas pour nombre d’entre nous.

  2. LANOIR Luciani // mai 28, 2015 á 2:20 // Répondre

    Une belle touche d’émotion pour un reportage vivant et bien documenté comme les blogers de Koezyon ont l’habitude de faire.

    • Le port de Petit-Canal est chargé d’histoire. On le ressens bien quand on y est et lorsque l’on traverse les marches des esclaves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*